Fédération des minerais, minéraux industriels et métaux non ferreux
CONNEXION ADHÉRENTS

Recherche

>e-BIP n° 30

Ebip 30                                                                              Téléchargez notre e-BIP N° 30

>RECYCLAGE

 

Les métaux : une économie circulaire

 

Le recyclage a toujours fait et continue toujours de faire partie intégrante du processus de production des métaux.


A la différence des produits organiques, les métaux, grâce à leurs propriétés intrinsèques, sont des éléments recyclables à l'infini. A chaque fusion, les caractéristiques techniques des métaux recyclés sont entièrement restituées. Ainsi les produits issus des matières premières secondaires sont parfaitement comparables à ceux qui proviennent des minerais.

 

Ces propriétés uniques de recyclage découvertes il y a 4000 ans, en même temps que les métaux, ont toujours été utilisées par l'homme. De plus, le recyclage présente un certain attrait économique tant pour l'accès aux matières que pour un apport énergétique réduit. Ainsi, le recyclage des métaux s'est développé et a perduré depuis l'âge de bronze.

Aujourd’hui, les demi-produits métalliques (tubes, fils, plaques laminées) sont fabriqués à partir de matières premières primaires issues de minerais, comme de matières premières secondaires issues des sous-produits de l'industrie ou de produits à recycler en fin de vie. La prédisposition des métaux  au recyclage permet d'afficher des taux de recyclage très élevés.

  • 100% du plomb produit en France sont issus de matières premières secondaires,
  • 44% du zinc de production et de première transformation sont issus du recyclage,
  • Plus de 50% du cuivre, du nickel, du fer, de l’aluminium, de l’acier ou encore de l’or sont déjà recyclés.

L’exploitation des « mines urbaines », c’est-à-dire des produits et déchets en fin de vie d’une Europe mature au plan de la consommation de produits contenant des métaux, offre plusieurs avantages :

  • Une valorisation plus durable des ressources naturelles,
  • Un avantage énergétique et donc une économie de carbone dans un contexte de rareté et de coût ,élevé de l’énergie, le recyclage des métaux offre une efficacité énergétique de deux à dix fois supérieure à celle de la fusion des métaux à partir de minerais vierges,
  • Un accroissement du degré de sécurité d’approvisionnement des utilisateurs aval.
 

Il faut cependant souligner que, si aujourd'hui 70 à 90 % de l'or entrant dans les applications industrielles sont recyclés, seulement 10 à 15 % de l'or contenu dans les produits électroniques le sont. De même, de nombreux métaux présentent des taux de recyclage inférieurs à 1% tels que tantale, indium, germanium. Aujourd’hui par exemple, sur 20 millions de téléphones en circulation en France, seuls 500 000 sont recyclés. Le potentiel de la filière industrielle du recyclage des métaux est donc impressionnant et les perspectives de croissance le sont tout autant. L’Europe possède des technologies de pointe performantes, mais les défis restent de taille :

  • Encore trop peu de matériel collecté et livré aux usines à haute technologie : il faut augmenter la collecte et diminuer les exportations illégales. En effet, on assiste depuis quelques années à une fuite de certaines matières premières secondaires hors de l’Europe, échappant ainsi aux industriels européens ;
  • Encore trop peu de matériel récupéré : il faut assurer l’envoi des produits en fin de vie et des déchets vers les filières de prétraitement et démontage adéquates. Il faut également assurer l’innovation pour un affinage et un recyclage performant et la récupération d‘un maximum de métaux (terres rares…) ;
  • L’objectif de toute la chaîne de recyclage est d’assurer une approche circulaire fermée minimisant les pertes de métaux à chaque étape de la vie des matériaux et produits.

Avec ses adhérents, la FEDEM est engagée pour permettre aux acteurs français et européens d’exploiter et valoriser ces mines urbaines au profit des industries utilisatrices aval. Ainsi, au-delà des entreprises présentes depuis longtemps dans le recyclage des métaux de base, celui-ci faisant partie intégrante du processus industriel du secteur, certaines entreprises adoptent depuis quelques années des stratégies de diversification intégrant le recyclage de métaux rares en se positionnant comme leader sur ces marchés (piles et accumulateurs, batteries, catalyseurs, déchets d’équipement électriques et électroniques…).

 

Avec une demande en métaux augmentant de manière générale, le recyclage ne pourra pas compenser à lui seul les nouveaux besoins, mais il contribue à une industrie des matières premières plus durable, innovante et responsable. Pour cela, le recyclage doit bénéficier d’un fort et rapide encouragement afin que l’industrie des matières premières puisse tirer parti des immenses mines urbaines valorisables.