Fédération des minerais, minéraux industriels et métaux non ferreux
CONNEXION ADHÉRENTS

Recherche

>e-BIP n° 30

Ebip 30                                                                              Téléchargez notre e-BIP N° 30

>ACTUALITÉS

Un potentiel de plus de 100 000 recrutements par an dans les industries de la métallurgie, d’ici à 2020, malgré un contexte difficile

Le 11/10/2012

Une étude réalisée pour l’Observatoire Prospectif et Analytique des métiers et des qualifications de la Métallurgie1 au premier  semestre 2012, fait état des besoins en recrutement que les industries de la métallurgie vont continuer à connaître.

 

Les entreprises de la métallurgie2 continuent d’avoir des besoins élevés de recrutement. Ces recrutements doivent permettre de répondre à leur développement dans un contexte pourtant économiquement fragilisé.

 

 

L’origine de ces besoins et de ces opportunités se trouve d’abord dans le remplacement des générations qui ont atteint l’âge de la retraite, les départs prévus étant nettement supérieurs à la diminution estimée des effectifs de la branche, mais aussi dans les mobilités, liées notamment à l’évolution des compétences et des métiers suite aux évolutions technologiques dans un secteur ouvert à la compétition internationale et où l’innovation est permanente.

 

En effet, les exigences environnementales et les activités qui en découlent liées au recyclage, au développement de nouveaux matériaux, à la transformation des métaux ou encore à la réponse aux enjeux énergétiques de demain sont autant d’opportunités de nouveaux marchés. Les entreprises de la métallurgie auront également à répondre au dynamisme de la demande des pays émergents sur laquelle elles ont l’ambition de se positionner.

 

Les entreprises de la métallurgie auront ainsi à recruter plus de 100 000 personnes par an entre 2012 et 2020, même si en parallèle l’emploi industriel poursuivra une érosion régulière.

 

L’étude souligne plusieurs leviers d’action pour améliorer les perspectives de la métallurgie, notamment des coopérations interentreprises, pour donner plus de visibilité aux entreprises en amont de la filière, et le rôle des pouvoirs publics en tant que régulateur et client.

 

Les besoins en compétences concernent tous les secteurs. Les études font état d’une qualification croissante des compétences recherchées et des besoins accrus en ingénieurs, techniciens et opérateurs qualifiés.

 

Les transitions professionnelles générées par les besoins des mobilités entre secteurs, devront également ouvrir des perspectives de reconversion et d’évolution professionnelle pour les salariés de la branche.

 

En s’appuyant sur les résultats des études de l’Observatoire Paritaire Prospectif et Analytique des métiers et des qualifications, les entreprises pourront, avec le réseau de formation de la branche, continuer à adapter l’offre de formation initiale et poursuivre le développement de l’alternance. Aujourd’hui, la profession accueille déjà près de 40 000 jeunes en alternance par an et son réseau forme chaque année 150 000 salariés de l’industrie.

 

Selon Jean-François Pilliard, Délégué Général de l’UIMM, « malgré une érosion régulière de l’emploi industriel au global, l’étude de l’Observatoire paritaire est une bonne nouvelle car, quels que soient les scénarios étudiés pour les 10 ans qui viennent, les industries de la métallurgie continueront à avoir des volumes de recrutements importants avec des besoins en compétences de plus en plus élevés ».

 

Télécharger la synthèse de l'étude : ici

Consulter l'étude  : http://www.observatoire-metallurgie.fr/etudes/?r=etudestype%3a%22Prospective%22

 

1 Etudes réalisée tous les 6 ans par des cabinets indépendants à la demande de tous les partenaires sociaux pour l'Observatoire, afin de mieux connaître les perspectives d'emplois de la métallurgie en France

2 7 grands secteurs d’activité : Produits informatiques, électroniques et optiques ; Equipements électriques ; Machines et équipements ; Automobile ; Autres matériels de transport ; Métallurgie et produits métalliques ; Autres industries manufacturières.